Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 16:56
De circonstance

A porter ma vie sur mon dos

J'ai déjà mis cinquante berges

Sans être un saint ni un salaud

Je ne vaux pas le moindre cierge

Marie maman voilà ton fils

Qu'on crucifie sur des affiches

Un doigt de scotch et un de gin-fizz

Et tout le reste je m'en fiche

Ils Ont Voté..et puis après ?

J'ai la mémoire hémiplégique

Et les souvenirs éborgnés

Quand je me souviens de la trique

Il ne m'en vient que la moitié

Et vous voudriez que je cherche

La moitié d'un cul à botter?

En ces temps on ne voit pas lerche

Ils n'ont mêm'plus d'cul les fRançais!

Ils Ont Voté..et puis après ?

C'est un pays qui me débècte

Pas moyen de se faire Anglais

Ou Suisse ou con ou bien insecte

Partout ils sont confédérés

Faut les voir à la télé-urne

Avec le général Frappart

Et leur bulletin dans les burnes

Et le mépris dans un placard

Ils Ont Voté..et puis après ?

Dans une fRance anarchiste

Je mettrais ces fumiers debout

A fumer le scrutin de liste

Jusqu'au mégot de mon dégoût

Et puis assis sur une chaise

Un ordinateur dans l'gosier

Ils chanteraient la Marseillaise

Avec des cartes perforées

Le jour de gloire est arrivé.

(Léo Ferré)

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 23:04

Êtat d'urgence

Fermeture des frontières

Assignation à résidence des opposants politiques

Blanc-seing aux forces de répression

Suspension des droits de l'homme

Perquisitions répressives

Blocage de l'immigration

Stigmatisation de l'étranger

Bastonnade et gazage de manifestants

Presse aux ordres

Flics bornés (pléonasme, désolé)

Le FN en rêvait, le PS le fait

De Mollet à Mitterrand jusqu'à ce triumvirat d'ordures (Hollande/Valls/Cazeneuve)

Rien n'a changé ; les socialistes sont des.... ah bah les mots me manquent tant ils me répugnent...

Il n'est pas un virus qui mérite d'être assimilé à ces sales types...

C'est pas le moment de la ramener ? Je les emmerde, faute d'être à même de les crever !!!

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 16:19
Le drapeau (Jean Zay)

~~Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là. Quinze cent mille dans mon pays, quinze millions dans tous les pays. Quinze cent mille morts, mon Dieu ! Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore… Quinze cent mille dont chacun avait une mère, une maîtresse, des enfants, une maison, une vie un espoir, un cœur… Qu’est ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ? Quinze cent mille morts, mon Dieu ! Quinze cent mille morts pour cette saloperie. Quinze cent mille éventrés, déchiquetés, anéantis dans le fumier d’un champ de bataille, quinze cent mille qui n’entendront plus JAMAIS, que leurs amours ne reverront plus JAMAIS. Quinze cent mille pourris dans quelques cimetières sans planches et sans prières… Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux de vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ? Ils ne sont plus que des pourritures… Pour cette immonde petite guenille ! Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement, oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes, pour le sang frais, le sang humain aux odeurs âpres qui gicle sous tes plis Je te hais au nom des squelettes… Ils étaient quinze cent mille, je te hais pour tous ceux qui te saluent, je te hais à cause des peigne-culs, des couillons, des putains, qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre, je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial, le défi aux hommes que nous ne savons pas être. Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel, le blanc livide de tes remords. Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts. Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires, que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.

Jean Zay, 1924.

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 13:26
EN ROUTE POUR LA JOIE

Humanitaire. Lundi 05 octobre 2015, les premiers réfugiés capitalistes arrivent presque en slip...

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 16:06
"MA" pub

Vendredi 2 octobre à 22 h 00,

je fais mon intéressant

au FESTIVAL ALTERNATIF KATRINESK

Maison pour tous Voltaire à Montpellier

Programme complet sur WWW.KATRINESK.FR

Frontal Crash Test Poetry

Textes, sons, manipulations d’objets plus ou moins contondants et effets spéciaux modestes.

"Actes sonores et gesticulés d’écrits anarcho-poétiques synthétisant de légitimes motifs de crispations autour du système dans ce qu’il a d’absurde par sa résilience mortifère."

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:50
SNCF c'est vraiment plus possible

Chasse aux pigeons ou comment se faire bien enfler par une bande d'escrocs...

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 17:35
Pas d'erreur, c'est des chieurs !

Je siffle la Marseillaise, je chie sur le drapeau, j'emmerde la république et je méprise toute merde de la DGSI que l’algorithme benêt de sa boîte noire entraînera ici.

Aussi, parfois je me laisse pousser la barbe, je possède un keffieh, je lis des articles pro-palestiniens et je trouve que BHL est une merde de destruction massive.

De même j'affirme régulièrement, à la limite du prosélytisme, que le fRance est un état toujours plus policier, voyou et trafiquant d'armes, ultralibéral, raciste et poujadiste...

Ne reste qu'à ajouter, au hasard, NSA, EI, Kalach, C4, Chlorate, Valls petite bite et je devrais bien me faire un lecteur de plus...

Je sais, j'ai déjà fait plus brillant, mais faut songer au niveau des amibes à l'écoute.
Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 15:24
Hóka-héy

Sans se découvrir chef, travailler du chapeau. Debout toujours, coucher pas trop, jamais à genoux. La tête en l'air solide sur les épaules. À s'en décoiffer sans y laisser de plume. Chauffer sous le scalp. Transpirer vaillamment. Trimer, trimarder, turbiner. S'essorer à plein temps. À perpétuité se mettre bien en peine. Longtemps, longuement, interminablement, se faire une réputation. Gratter, creuser, fouiller, malaxer, assembler, peaufiner. Besogneux : apprendre et approcher, affleurer. Étudier, bosser, bûcher. Sans foi sur le feu. Sans cesse se repaître à l'ouvrage. Sans cesse rebattre le faire. Défaire demain, refaire le monde, rappeler l'immonde. Railler la mort, s'allier en horde, braver les ordres, sortir du rang. Petits pas à pas marcher au pas. Rassembler les tributs, évoquer des anciens. Geste gratuite d'actes flous. En stock, d'éthiques tactiques d’estocs et d'attaques. Avitaillement à flux tendu en odes potables. S'étripailler de cris, tant de paroles. Gros temps du verbe sur tous les modes. L'art en bandoulière, s'assécher le carquois. Rameuter, haranguer, argumenter, prôner l'émeute, la rébellion. Conduire hors l'écrou de la société. Mal vu au regard du système, sabouler les institutions. Encourager les exactions. Entretenir une drôle de réputation. Sale s'il faut, sinistre, une épouvantable réputation. Une réputation de merde plutôt que pas. Pas de calamiteuse gêne au visage. Sans prétention, une mauvaise réputation. Terrible crénom de renom. Retour acide de bastons. Prendre des coups, des heurts chaque seconde. Dans la gueule, au cœur, ecchymose à l'être. À l'âme laminée, plaies intérieures refoulées. Pisser les pleurs, pleuvoir de chagrin. En pleine face, écraser des larmes de sang. Essuyer des refus, assumer les rejets, gérer la frustration. Rater le coche, de peu, le dernier train pour le siècle prochain. Tanguer à quai, vomir son mal de terre. S'éviscérer la bile, se harpailler les tripes, purger le colon. Du cœur au ventre, cesser d'avoir les foies. Carburer à l'eau de feu, s'annihiler les reins. La rate au court-bouillon, raviver la rage. Se peindre de guerre, le rouge au front. Hurler parmi les mimes, rebondir dans les déceptions. Tancer au milieu des stables. Saturer l'écholalie de vociférations. Jamais dans la réserve, se tenir prêt pour le Dineh. Se faire un rien contraire, contrariant, envers et contre tout. Dire les choses, révéler des choses. Des choses discutables pour entretenir une réputation douteuse. Se faire une réputation même lamentable. Une réputation quelle qu'elle soit. Travailler sa réputation jusqu'à la rupture. Multiplier les entorses aux règlements. Concourir au claquage, à jamais ne baisser les bras. Juste feindre l'indifférence. Hausser les épaules pour mieux brandir le poing. Projeter les coups de têtes, faire flèche de toute voix. Jusqu'au bout de la fin des dernières aubes ravauder les lubies. Invoquer l'amer champs des possibles tourmentes. Conter l'ombre de vieilles lunes. Ronger son refrain :

Le monde sans fou, today is a good day to die !

Le monde s'enfiche, today is a good day to die !

Le monde s'enfonce, today is a good day to die !

Le monde s'enferre, today is a good day to die !

Le monde s'enterre, today is a good day to die !

Le monde sans terre, today is a good day to die !

Le monde en friche, today is a good day to die !

Le monde s'en fout, today is a good day to die !

Le monde s'en fiche, today is a good day to die !

Le monde s'enclose, today is a good day to die !

Le monde s'enkyste, today is a good day to die !

Le monde s'enlise, today is a good day to die !

Le monde s'éclipse, today is a good day to die !

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 14:21
Reiser not dead non plus

Reiser not dead non plus

 

ON EST

DES CHARLOTS

 

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 12:55
Préconisations du FMI

ça commence bien...

Repost 0
Ollivier Desmarais
commenter cet article

Le Gens

  • : Les aventures de punk'anar
  • Les aventures de punk'anar
  • : Ollivier Desmarais né vingt ans et quelques heures après Nagasaki, s'accorde rapidement le droit de protester. Poésie, performances et création plastique.
  • Contact

Des jours

Farfouillage

Les Sortes De Trucs